Microlubrification DIY

Après pas mal d’échecs sur l’usinage d’alu, principalement dus au collage du métal sur la fraise, j’ai envisagé « à reculons » de tester la lubrification pour usiner les métaux

Ma CN étant dédiée majoritairement à l’usinage de matériaux « propres », il est hors de question pour moi de la polluer ainsi que l’environnement proche, par un jet important de lubrifiant gras. Cela m’a toujours freiné à faire le pas…

Tout a commencé lors d’une discussion de passionnés autours d’un café… Mon pote Christophe Courché, AKA Mr Cncfraise, ayant eu l’occasion de  tester un système de micro lubrification pro à plusieurs centaines d’euros, branché sur compresseur m’a décrit les excellents résultats qu’il avais obtenus. Cela m’a convaincu que ce concept était la solution…

Vu le coût des dispositifs commerciaux, j’ai donc entrepris de trouver une solution DIY pour amener un juste nécessaire de lube pile poil à la zone d’usinage

Premier préalable, j’ai fait un « bac » de protection de ma machine avec une feuille de toile cirée, qui protège efficacement mon martyr en médium:

microlube-4

microlube-3

Un martyr spécifique pour le « gras » est fixé par dessus. Simple et efficace…

Ensuite j’ai testé pas mal de trucs: goutte à goutte, système venturi, avec ou sans pressurisation, avec un compresseur…etc… Solutions pas efficaces ou trop « lourdes » à mettre en œuvre…

Au final après un petit paquet de protos ( merci l’impression 3D ) je suis arrivé a la solution suivante: une buse de pulvé conçue sur la base du principe des aérographes bas de gamme ou des chalumeaux pour pulvé de fixatif à fusain.

DAO 3D:

microlube-1

microlube-2

La réalisation pratique:

La buse et son support sont  imprimés 3D, une aiguille de seringue  fait l’injecteur. Le réservoir de lube est fait avec une seringue 50cc, dont le piston est modifié avec une mise à l’air libre pour le transformer en bouchon. L’apport de lube est régulé par un petit dispositif servant à ajuster le débit des perfusions:

microlube-5

L’intégration sur la CN donne ceci:

microlube-6

microlube-7

microlube-8

Le compresseur nécessaire au flux d’air a été remplacé par une pompe d’aquarium haut de gamme débit 650l/h ( merci Christophe pour l’idée !!). C’est économique, peu encombrant et pas trop bruyant.

Les 4 sorties indépendantes de la pompes sont regroupées « 4 en 1 » pour cumuler le débit.

Le principe de la pompe participe à l’efficacité du système: le jet d’air est « vibré » de part le principe des membranes alternatives, et cela fractionne les gouttes qui pourraient se créer en bout de buse.  j’ai eu de moins bons résultats sur la finesse de la nébulisation avec un compresseur de frigo par exemple.

microlube-9

Le dispositif est simple à mettre en œuvre et super efficace. La lube  ( eau +3% d’huile soluble ) se règle hyper précisément avec le régulateur de perf: 120 à 150 ml/heure est un bon compromis. Le jet d’air est suffisant mais pas trop puissant .

La lubrification s’apparente plutôt à un « crachoti » de micro gouttes et non  à un brouillard qui vole partout.  La lube se dépose intégralement sur la pièce et est quasi consommée par la fraise et les copeaux. Le bac de la machine est presque inutile…

le débit faible permet d’usiner environ 1/2 heure avec le réservoir de 60ml. L’absence de pressurisation du réservoir permet de le « ravitailler en vol » avec une pissette  si on doit usiner plus longtemps…

Christophe qui a testé un proto confirme que le résultat est identique en tout point au dispositif pro 😉

Deux petites vidéos qui montrent le fonctionnement:

Je suis hyper satisfait du résultat, et j’ai pu usiner sans le moindre soucis des pièces de rigidification pour ma CN récemment upgradée. la qualité d’usinage est sans commune mesure avec ce que j’obtenais en usinage a sec !

Une très bonne nouvelle pour conclure, ce dispositif va être commercialisé sous peu, sous forme d’un kit complet contenant tous les éléments par:

CNC fraise

L’essayer c’est l’adopter !!!

 

 

 

 

Publicités