Table à dépression

Après avoir testé pas mal de solutions à base de brides, de réglettes…etc, je me suis décidé à réaliser une table à vide pour maintenir mes brut. Cette méthode est très simple à mettre en œuvre, le plus difficile étant de trouver le générateur de vide.

Pour des usinages de faible durée, un aspirateur industriel suffit ( mais avec quoi on aspire les copeaux?) Pour des usinages plus ambitieux, il faudra envisager de trouver une turbine régénérative, qui est la solution idéale ! ( voir plus bas…)

Conception:

Que des matériaux simples et une fabrication aisée:

Depression (1)

La table compléte avec le martyr principal en médium de 3 ( perçage pas de 30 )

Depression (2)

La table sans martyr

La plaque de base est en médium de 10

Le réseau de vide est fait grace a des tasseaux collés de 13 x 9

Je n’ai pas fraisé les canneaux directement dans du médium, car j’ai constaté sur un autre projet que le fraisage sur une face déformait le panneau ( libération de contraintes )

Depression (3)

Boitier répartiteur de vide

La table est en deux parties: la partie « usinage  » et un boitier de répartition de vide sur le quel se branche l’aspirateur

A noter les vis de fixations de la table sur le plateau de la fraiseuse, et un des 3 cimblots qui permettent un positionnement parfaitement précis des divers martyr

Le vide communique avec la boite principale par des lumières fraisées

Depression (4)

Réalisation:

Toute la boite est faite à l’aide de tasseaux de pin 9 x 13 ou 9 x 9 collés

Le tracé sur la plaque de base est d’ailleurs fait avec la CN

Depression (5)

Usinage des gorges

Depression (6)

Usinage de la lumiére de vide

Depression (7)

La prise de vide pour brancher la pompe a vide ( sous la plaque )

Depression (9)  Depression (8)

Le boitier de répartition de vide se situe à l’extérieur du plateau de la fraiseuse, et sa hauteur est inférieure ( tasseau 9 x 9)

TRES important : Le surfacage de la table en position fixée, SUR la fraiseuse pour une planéité et un parallélisme parfait par rapport aux axes.

Depression (10)

Usinage des trous dans le martyr de base en médium de 3.

Depression (11)

Je travaille en OM, avec un décalage connu OM/OP, ce qui me permet de retomber parfaitement au même endroit d’un usinage a l’autre ( cela m’a permis au passage de vérifier la répétabilité de mes butées perso…)

Usinage des trous sur un martyr en dépron dédié au maintien de planches de balsa standard 1000 x 100

Depression (12)

Pour garantir la précision de positionnement du martyr dépron, il est renforcé par le collage d’une rondelle de CTP 0.4 autours des cimblots

Depression (13)

Je me suis inspiré des methodes de travail de la société Mapple Leaf design : voir un article trés intéréssant dans le RC Soaring digest d’aout 2006 sur leur méthodes de fabrication CNC !

http://www.rcsoaringdigest.com/pdfs/RCSD-2006/RCSD-2006-08.pdf

Le principe d’usinage de la deuxiéme face de piéces 3D, par maintien sur des berceaux négatifs à vide ( beds) , est particuliérement astucieux !! (page 13 )

Utilisations:

Détourage 2D

Depression (14)

Fixation d’une planche balsa 15/10 sur le martyr spécifique: la tenue est TRES efficace, il est trés difficile de decoller la planche avec l’ongle, au risque de la fissurer !

Usinage 3D:

Fixation d’un bloc de styro, pour usinage 3D d’un stab éliptique.

Depression (15)

Depression (16)

A noter la planche et les feuilles de papier qui servent à boucher les trous de vides non occupés par la pièce.

Découpe vinyle:

Avec ma turbine a vide, la dépression arrive a passer au traver d’une feuille de médium de 3…NON perçée !!! c’est la solution pour immobiliser du vinyle pendant la découpe, ou autre matériau en feuilles fines

J’ai testé cette méthode avec une feuille de médium de 3, écroutée à la fraise de 0.5mm sur chaque face, afin d’éliminer la couche brillante étanche , et donc d’obtenir un matériau plus poreux. Le résultat est intéressant: la feuille de vinyle se plaque correctement. Je pense que c’est d’ailleurs encore améliorable en limitant toutes les autres pertes de dépression ( joints + vernis interne de la boite à vide )

Depression (17)

Le résultat en découpe:

La turbine à vide

J’ai réalisé mes premiers essais avec un aspirateur Karcher dépression 17 Kpa: OK, mais il vaut mieux éviter d’usiner pendant des heures: sans débit, l’échauffement de l’aspirateur est important !

Aprés de nombreux loupés, j’ai fin par toucher sur Ebay le matériel idéal : une turbine régénérative ( et à un prix défiant toute concurrence: -de 50€ !!! )

Depression (18)

Il s’agit de matériel professionnel utilisé sur des equipement dans le milieu dentaire: Marque ESAM, ref Unijet 75-2V Turbine double étage, depression 24Kpa, debit 1330L / min.

Ce matériel est réellement parfait: performance, bruit acceptable, possibilité de travail non-stop.

Seul amélioration: je lui ai adjoint un filtre réalisé avec des composants PVC standards, afin d’éviter à la pompe d’avaler des déchets, et de faire voler de la poussière dans l’atelier

Depression (19)

Depression (20)

Essayer la dépression, c’est l’adopter !!!