Interface Simple CNC Mill Board

Pour piloter le laser: deux possibilité: garder mon soft fétiche Ninos, ou tester autre chose…

Ninos n’est pas adapté au laser, fonction jamais vraiment poussée au bon niveau. De plus le concepteur vient d’annoncer cesser son activité, donc plus d’espoir dévolutions de ce coté…

Le laser DIY a explosé depuis un ou deux ans grâce à la baisse du coût des diodes et des des petits tubes CO². Du coup énormément de solutions de pilotage CNC dérivées du monde de l’impression 3D ont vu le jour. En environnement GRBL Smoothieboard ou autre.

Toujours à l’affut de se qui se fait, mon pote Christophe Courché, le Boss de 

a développé une petite carte Smoothie, dérivée de la smoothie originale, mais sans tout les drivers et autre sorties spécifique impression 3D et inutiles en fraisage. Cette carte du coup très économique est le strict nécessaire pour connecter jusqu’à 5 axes sur des étages de puissance séparés comme en ont la plus part des CN dorénavant.

c’est donc évidement vers cette solution que je me suis orienté, d’autant que le soft que j’avais l’intention de tester ( LightBurn ) est compatible smoothie.

J’ai donc câblé ma SCMB sur une DB 25 au même standard que ma TURBO-5 Ninos.

J’ai pondu un petit boitier vite fait en impression 3D

Christophe m’a fait un petit câble à base de m74vhc1gt125dt1g… non non c’est pas du martien 😉  pour remonter le TTL 3.3V de la Simple à 5V comme nécessité par le driver du laser.

Voila le résultat de cette intégration:

Le câble avec un jack est la liaison PWM pour connecter au driver du laser.

Le paramétrage de la smoothie est simplissime: elle inclus une carte SD  et est remontée sur le PC comme un lecteur USB. A la racine de ce dossier se trouvent deux fichiers, dont un fichier de config format txt qu’il suffis de modifier à sa sauce avec un éditeur de texte , un peu à la manière de marlin en impression 3D

Quand on connais bien les paramètres de sa machine, ça prend 1/4 d’heure.

j’ai branché, installé LightBurn, et c’est parti direct… et je n’exagère vraiment pas.

Si cette carte vous intéresse, adressez vous directement à Christophe Courché, via le formulaire de contact de son site. Elle n’est pas encore dans la liste des vente, mais cela ne saurait tarder…

Une remarque: la carte est alimentée soit par la liaison USB,  soit par une alimentation externe 12 V à 24V. En alimentation USB, on n’arrive pas à obtenir un vrai 5V sur le câble PWM, de part les diverses pertes. 4.8V maxi. Il faut l’alimenter en externe ( 12V pour moi ) pour atteindre le 5V ( 5.1mesuré)

Un dernier petit truc, qui je pense mérite une remarque sur le boitier: les leds de la carte se trouvent loin de la face sup. Pour remonter leur signal, j’ai dessiné des tubes diam inter 1.8 qui descendent au niveau de ces diodes, solidaire de la face sup du boitier. Dans ces tubes sont enfilées des sections de filament PLA crystal 1.75 dont les extrémités ont été coupées parfaitement et poncée au papier de verre jusqu’à 2000 pour un aspect « optique »

Ces filaments se comportent comme des fibres optiques et remontent la lumière de la diode en façade. le signal se voit parfaitement même si on s’éloigne fortement de l’axe des tubes. je pense que c’est un truc applicable sur plein de boitiers électroniques, et ça évite de devoir ressortir les diodes électriquement ( dur quand c’est en CMS comme mon exemple… )